FORGOT YOUR DETAILS?

Transport ferroviaire vers le Grand Port

Laisser un commentaire

L'opérateur ferroviaire de proximité (OFP) dépasse ses prévisions

En dépit de la conjoncture, OFP Atlantique a réalisé une année 2014 meilleure que prévu. L'exercice 2015 devrait confirmer cette tendance d'autant que le port de La Rochelle souhaite amplifier le report modal.


Opérateurs ferroviaires               -
              OFP Atlantique dépasse ses prévisions
Un train de fret acheminé par OFP Atlantique sur la ligne Chalindrey-Dijon. © Olivier Constant

Philippe Guillard, le président d'OFP Atlantique, s'est montré trop prudent dans ses prévisions 2014. Alors qu'il avait tablé sur 400 000 tonnes en 2014, l'opérateur ferroviaire de proximité (OFP) a finalement transporté 466 000 tonnes de fret. L'augmentation est donc supérieure à 41% par rapport à 2013.
Ce bon résultat, OFP Atlantique le doit, en partie, au développement exponentiel des céréales. Celles-ci représentent aujourd'hui près de la moitié des tonnages acheminés. Pourtant, l'opérateur n'est rentré sur ce marché qu'il y a deux ans. Et les perspectives s'annoncent plus que prometteuses puisque "le port de La Rochelle anticipe de faire passer son trafic ferroviaire de 1,3 million de tonnes en 2014, dont une bonne part de céréales, à 2,4 millions de tonnes à l'horizon 2020. Cela correspondra à 20% de report modal", explique Philippe Guillard.


Des capacités réservées

Il n'est donc pas étonnant, dans ces conditions, que le port ait travaillé la main dans la main avec Réseau ferré de France (RFF), les chargeurs et les entreprises ferroviaires desservant le port que sont OFP Atlantique, Fret SNCF et Europorte pour pré-réserver les capacités de circulation pour le service annuel 2017 débutant mi-décembre 2016.
"La qualité des circulations ferroviaires est un sujet stratégique pour le développement du port", ajoute Philippe Guillard qui occupe également les fonctions de directeur des opérations et de la logistique du grand port maritime de La Rochelle.
Le dirigeant est, en revanche, moins précis sur les perspectives de développement offertes par le grand port maritime de Nantes-Saint-Nazaire. Tout juste consent-il à indiquer que "les premiers trains ont circulé il y a six mois pour un trafic total de 30 000 tonnes et qu'OFP Atlantique est en contact avec de nombreux prospects prometteurs".


2015 : les céréales encore et toujours

Bénéficiaire, avec un chiffre d'affaires 2014 compris entre 5,5 millions et 6 millions d'euros, OFP Atlantique semble dès maintenant bien orienté quant à ses perspectives de trafic 2015. Des appels d'offres, sollicitations et autres cotations en cours dans les céréales et autres, devraient permettre au trafic de dépasser le cap du demi-million de tonnes.
L'opérateur va également s'attacher à élargir son hinterland. Déjà, il y est parvenu en mettant en oeuvre à l'été 2014 un premier trafic inter-OFP avec Régiorail Morvan via le commissionnaire de transport ferroviaire Eurorail France. Ce type de connexion, très prometteur, sera démultiplié en 2015.


La question stratégique des lignes capillaires

Enfin et pour un sujet sur lequel le port de la Rochelle est en première ligne mais qui profite, bien entendu, à OFP Atlantique, le sort des lignes capillaires constituera un des temps forts du prochain exercice. "Nous cherchons, tout d'abord, à obtenir un état exhaustif des lignes qui alimentent le port de La Rochelle. Nous aurons des éléments de réponse concernant aussi bien les lignes de Poitou-Charentes que celles de la région Centre au cours du premier trimestre 2015. Tout ce que je peux dire en l'état est que le port souhaite être dans la boucle des réflexions, ce qui est conforme à la politique nationale de faire des ports des acteurs du fret ferroviaire", conclut Philippe Guillard.
Après les chargeurs, les grands ports maritimes pourraient bien, finalement, être enclins à participer financièrement à la remise en état des lignes capillaires qui alimentent leurs hinterlands.
06/01/2015

Une ligne maritime régulière entre La Rochelle et Le Havre

Une ligne maritime régulière entre La Rochelle et Le Havre


#LaRochelle #LeHavre #transportmaritime #PortAtlantique



Et si demain, le cognac exporté depuis Le Havre était acheminé en Normandie via le port de La Rochelle, plutôt que par la route ? Ce sera possible en novembre

Publié le 15/07/2015 par 
Une ligne maritime régulière entre La Rochelle et Le Havre

L'emblématique Grand Port Atlantique de La Rochelle, avec le pont de l'île de Ré au premier plan
© ARCHIVES PASCAL COUILLAUD

Cinq ans déjà ! En 2010, le Grand Port maritime de La Rochelle se distinguait en étant le premier des grands ports à offrir une solution logistique ferroviaire à travers un partenariat public-privé. L'Opérateur ferroviaire portuaire était né, qui n'a eu de cesse, depuis, de voir sa proposition séduire un nombre de clients en augmentation.


Les bonnes idées sont là pour être reprises et début novembre, le même Grand Port donnera naissance à une offre logistique, mais maritime cette fois.
La société par actions simplifiée Atlantic Open Feeder sera créée, à parts égales avec le logisticien marseillais Navitrans.

Porte ouverte sur le commerce mondial

Atlantic Open Feeder offrira aux entreprises du proche environnement portuaire rochelais la possibilité de se raccorder à une grande plateforme portuaire internationale. C'est un service pour y acheminer ou réceptionner leurs marchandises "conteneurisées" ; une porte ouverte sur le commerce mondial. Selon le schéma proposé, un cargo appareillera du Havre, en Haute-Normandie, où convergent des lignes mondiales régulières et fera route vers la Pallice, avec escale à Brest, en Bretagne.
Les entreprises proches du Grand Port rochelais qui ont recours au conteneur peuvent être séduites. Par exemple, celles qui exportent du cognac depuis Le Havre et acheminent leurs fioles jusqu'en Normandie, essentiellement par la route.
TOP