FORGOT YOUR DETAILS?

Economie de la mer : Généralités

by / jeudi, 15 septembre 2016 / Published in Archives la mer et ses dérivés, Atelier, La mer et ses dérivés

Economie de la mer : Généralités

Un océan est souvent défini, en géographie, comme une vaste étendue d’eau salée. En fait, il s’agit plutôt d’un volume, dont l’eau est en permanence renouvelée par des courants marins. Approximativement 71,1% de la surface de la Terre est recouverte par l’océan mondial, communément divisé en cinq océans et en plusieurs dizaines de mers.

L’Océan mondial génère plus de 60% des services écosystémiques qui nous permettent de vivre, à commencer par la production de la majeure partie de l’oxygène que nous respirons. Notre connaissance du système marin tant à s’étoffer grâce à des expéditions comme TARA Océan, nous estimons connaitre en 2016 5% du génome marin et environ 15% de la faune et la flore des milieux marins. Autant dire que la recherche est loin d’avoir tout exploré en la matière.

Selon des données récentes seuls 4 % environ de l’océan mondial serait relativement épargné par les activités humaines et environ 40 % serait très fortement affecté, essentiellement dans l’hémisphère Nord, près des pays industrialisés.

On estime que 84% des gisements de minerais sont sous-marins et aussi que la principale réserve mondiale d’hydrocarbure sont encore sous les océans sous forme d’hydrate de méthane, ces réserves seraient comprises entre 1 et 5×1015 m3 de gaz (par comparaison, les réserves connues de pétrole en 2005 étaient d’environ 2×1011 m3.

Il faut noter aussi que 2/3 de la population mondiale réside à moins de 100km d une cote et qu’en cas d’élévation du niveau des océans évidement il faudra déplacer ces populations et leurs activités.

La perception de la vulnérabilité de l’océan évolue. À titre d’exemple, mi-2009, 76 % des Français interrogés jugeaient mauvaise la santé des océans, 70 % d’entre eux estimant que les mesures de protection étaient insuffisantes. 78 % approuvent le développement d’activités plus respectueuses de l’environnement pour protéger la mer, mais seulement 11 % souhaitent une diminution de ces activités

Si le trajet sur la surface les océans est pratiqué de longue date, l’exploration des fonds marins ne fut possible que récemment. Le plancher océanique est presque inexploré et n’est pas cartographié. Une carte globale des fonds marins avec une résolution de 10 km, créée en 1995 sur la base des anomalies gravitationnelles de la surface océanique, est en constante amélioration, grâce à l’accumulation des mesures altimétriques, dont on calcule une moyenne.

Laisser un commentaire

TOP