FORGOT YOUR DETAILS?

MLC : Définanciariser l’économie 10/02/2015

by / mardi, 10 février 2015 / Published in Archives, Atelier, Monnaie Locale

La monnaie complémentaire locale, un outil pour définanciariser l’économie !

Message par Eric DURAND le Sam 11 Oct 2014 – 12:50

arton188

1. Histoire

La banque libre est l’environnement économique des monnaies locales. Les monnaies et des commerçants. Ces monnaies étaient généralement destinées à locales les plus connues de l’ère moderne sont les jetons de salaire émis par des entreprises pour payer les travailleurs, et les jetons de certains commerces pour favoriser la loyauté de leurs clients. Au dix-neuvième siècle et au début du vingtième, les défaillances des banques nationales durant les crises ont fréquemment créé une forte demande de liquidités, à laquelle satisfaisaient les monnaies de nécessité créées par les chambres de commerce, des municipalités, des entreprises être rachetées en monnaie nationale à une date ultérieure.

Quelques-unes de ces monnaies, néanmoins, menèrent à la mise en place d’un système monétaire à part entière. L’idée d’utiliser la banque libre pour produire une monnaie de rechange à usage communautaire remonte au moins aux coopératives d’épargne et de crédit allemandes, dans les années 1800. Les plus anciens émetteurs de monnaie locale toujours en usage sont la Banque WIR de Suisse et ce qu’on pourrait désigner comme les banques syndicales du Japon.

Le terme monnaie complémentaire est un hyperonyme de monnaie locale. Mais les deux termes sont souvent utilisés indifféremment. Dans l’usage courant, monnaie locale ne désigne pas une monnaie soutenue au niveau national, mais une monnaie à usage local exclusivement.

Ses défenseurs, comme Jane Jacobs, soutiennent que ce type de monnaie permet à une région économiquement morose, voire déprimée, de se remettre d’aplomb, en donnant aux habitants un moyen de paiement contre des biens et des services localement produits ou assurés. D’une manière générale, il s’agit de la fonction essentielle de toute monnaie. Cependant, les monnaies locales fonctionnent généralement dans des régions géographiques relativement petites et elles encouragent le recyclage en favorisant la réduction des émissions de carbone liées au transport et à la fabrication des biens. En ce sens, elles font partie de la stratégie économique de nombreux groupes écologiques orientés vers des pratiques de vie durable, comme par exemple le parti vert de l’Angleterre et du pays de Galles.

Les monnaies locales voient parfois le jour dans des situations de tourmente économique touchant la monnaie nationale. La crise économique argentine de 2002 en fournit un exemple : les certificats de reconnaissance de dettes, sans prise d’intérêt et en petites coupures, mis en circulation par les administrations locales adoptèrent rapidement, et avec succès, certaines des caractéristiques des monnaies locales.

Les opposants à ce concept affirment qu’une monnaie locale crée une barrière qui nuit aux économies d’échelle et à l’avantage comparatif, et que, dans certains cas, elle sert, tout comme les monnaies nationales traditionnelles, de moyen d’évasion fiscale. Quoi qu’il en soit, l’utilisation des monnaies locales pour doper les économies régionales est fermement défendue par l’institut Instrodi des Pays-Bas.

2 Une monnaie complémentaire « la » solution miracle pour sortir de la crise ?

Non ! Mais la MCL (Monnaie Complémentaire Locale) contribue, à son niveau, à libérer l’économie locale de la finance car lorsque vous payez en euros, une part énorme de cet argent s’en va vers la spéculation.

Une monnaie locale est, en sciences économiques, une monnaie non soutenue par un gouvernement national (qui n’a pas nécessairement cours légal), et destinée à n’être échangée que dans une zone restreinte. Les monnaies de ce type sont également appelées monnaies complémentaires. Elles prennent de nombreuses formes, aussi bien matérielles que virtuelles. Parler de monnaie locale, c’est s’inscrire dans un discours économique particulier.

Car la monnaie complémentaire locale permet :

  • L’achat de biens produits localement et de services chez les commerçants qui adhèrent au système.
  • De financer des projets locaux de développement durable pour aller vers une transition écologique tout en développant le lien social local

Les monnaies locales :

  • Circulant plus rapidement, elles créent plus de richesses ;
  • Circulant localement, elles créent ces richesses dans l’économie locale en partenariat avec les acteurs associatifs et les collectivités locales, favorisant les circuits courts, en dehors de tout cadre spéculatif ;
  • Les euros tirés de la vente des MCL sont utilisés sous le contrôle citoyen, pour des projets éthiques.

Aujourd’hui, sur tout l’Hexagone, mais aussi en Allemagne*1 et en Amérique latine*2, éclosent ces monnaies locales.

3. Quels objectifs ?

Le but n’est pas de concurrencer la monnaie européenne mais de créer une monnaie complémentaire qui puisse pallier les déficiences du système monétaire actuel, devenu incontrôlable.

Et à La Rochelle, pourquoi ne pas inciter la municipalité a procéder à une étude pour examiner si les conditions éthiques de création d’une monnaie locale sont avérées, promouvoir un tel outil, en proposant notamment la mise en place d’un fond de garantie financier municipal qui rendrait solvable cette initiative.

Pourquoi ne pas inciter les établissements bancaires mutualistes à contribuer à ce fond de garantie de ces monnaies. Cette démarche nécessite de s’appuyer sur une des activités associatives, artisanales ou coopératives bien vivantes, ainsi que sur une implication citoyenne forte.

Finalement, une MLC est un des outils qui permet de contribuer individuellement et collectivement à créer les conditions pour mieux vivre ensemble. L’esprit d’ouverture et de coopération de chacun participe aux réflexions et actions menées dans le réseau.

En Saintonge, une association milite pour un projet de ce type « La Beunéze »….. CHICHE à La Rochelle !

Rochelais nous sommes, la mer est notre perspective….. et si on l’appelait : « Le BOUCHOT » !

 

Notes :

*1 Regiogeld – le réseau des monnaies locales en Allemagne

*2 Le boom des monnaies parallèles

 

Pour en savoir plus :

Des monnaies locales défient l’euro et le dollar

Plate-forme de la documentation sur les MLC « papier » et convertibles

Des roues dans notre porte-monnaie

La carte de France des monnaies locales

©Copyright 2014 – Cercle La Rochelle Perspectives

Laisser un commentaire

TOP